De plus en plus d'aliments et de boissons sucrés, un sérieux problème

Danièle Ferrigno

Médecine

Selon une étude publiée par Cambridge, au cours des 10 dernières années, il y a eu une utilisation sans cesse croissante de sucres ajoutés et d'édulcorants non nutritifs dans la production d'aliments emballés.

Une nouvelle étude publié par l'Université de Cambridge ces derniers jours montre comment la quantité de sucres ajoutés et d'édulcorants non nutritifs a augmenté au cours des dernières décennies.

L'homme, comme beaucoup d'autres espèces, est amené à préférer des aliments et des boissons plus sucrés pour des raisons biologiques et évolutives, car plus une substance est sucrée, plus elle représente une riche source d'énergie. Ceci, bien sûr, était particulièrement important pour nos ancêtres.


À ce jour, cependant, la consommation d'aliments et de boissons sucrés est beaucoup plus élevée que nécessaire. Cela conduit à des problèmes de santé importants qui sont rencontrés avec une fréquence croissante; parmi ceux-ci, les plus répandus sont obésité, maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2. C'est pourquoi les fabricants d'aliments et de boissons ont commencé à utiliser des édulcorants dits non nutritifs plutôt que des sucres ajoutés. Ces édulcorants non nutritifs ont l'avantage de ne pas avoir un apport énergétique élevé, au contraire, il est généralement limité à 0 ou quelques kiloJoules. Ils peuvent alors être d'origine naturelle, comme la Stevia, ou synthétique, comme l'aspartame.

Combien de sucre mangeons-nous en plus dans les aliments et les boissons ?

Des chercheurs de l'université de Cambridge sont allés analyser les quantités de sucres ajoutés et de NNS (édulcorants non nutritifs, de l'anglais édulcorant non nutritif) dans les aliments vendus dans le monde entre 2007 et 2019.

Le résultat prouve que ces boissons que nous buvons ils sont plus sucrés, globalement, de 36 %, tandis que les aliments emballés de 9 %.
Quant à l'alimentation, les plus touchées sont les « confiseries » et surtout les biscuits et les glaces. Nous n'avons pas tort de dire que nos desserts deviennent également plus sucrés.

Pour les boissons, en revanche, le résultat est plus controversé : en réalité l'augmentation du taux de sucre dans les boissons est d'environ 50% dans les pays à fort développement économique, comme la Chine et l'Inde, alors qu'il a diminué dans d'autres pays à revenu élevé, dont l'Australie et les États-Unis.

Le résultat final est donc une augmentation globale de 36 %.

trop de sucre dans les aliments et les boissons

Riches et pauvres : même produit, taux de sucre différents

L'étude a également mis en évidence une autre différence intéressante entre les pays riches et les pays pauvres. Alors que le marché des aliments et des boissons dans les pays à revenu élevé est saturé, les producteurs se sont étendus aux pays à revenu intermédiaire. Ce faisant, ils ont utilisé un niveau d'édulcoration différent de leurs produits, afin de fournir des aliments plus sains, ou du moins moins sucrés, aux pays riches, et plus sucrés aux pays pauvres.

Les mesures gouvernementales et leurs effets

Comme nous le savons, les gouvernements ne sont pas restés les bras croisés face à la propagation du sucre et ont mis en place une série de politiques et de mesures pour la freiner. Les exemples sontaugmentation de la fiscalité sur le sucre, les nombreuses campagnes d'information, la réduction de l'espace publicitaire pour certains produits et des changements d'étiquetage.

Ces mesures ont toutefois conduit les producteurs à remplacer partiellement ou totalement le sucre par des édulcorants non nutritifs, afin de ne pas encourir de pénalités et de rester agréables aux goûts des consommateurs.

Mais qu'est-ce qui ne va pas avec ces édulcorants non nutritifs ?

Eh bien, tout d'abord, la première réponse est dans le nom lui-même : ils ne sont pas nutritifs. Ils n'ont donc aucun apport nutritionnel ni en termes d'énergie ni en termes de molécules utiles à notre organisme.

Et il ya plus! Éducation tout récemment, ils ont montré une corrélation entre la consommation d'édulcorants non nutritifs et le diabète de type 2, les dommages au microbiome intestinal et même les maladies cardiaques.

De plus, nous rappelons que l'utilisation du NNS est généralement associée à aliments ultra-transformés, produits industriellement et riches en ingrédients non naturels qui les rendent plus appétissants. La consommation de ces aliments, qui malheureusement risquent aussi d'être considérés comme "sains" car dépourvus de sucres ajoutés, a été liée à l'apparition de pathologies graves tels que le diabète de type 2, le cancer, les maladies cardiaques et, finalement, la mort.

Comment tirer le meilleur parti des sucres et des NNS dans les aliments et les boissons ?

La solution est la même indiquée dans tout régime qui se respecte : privilégier le moins possible les aliments nutritifs et transformés. Ce faisant, nous soutiendrons également l'environnement, en évitant les aliments et les boissons ayant un impact environnemental majeur en termes d'émissions et de déchets d'emballage.

Il serait également souhaitable que les gouvernements examinent plus attentivement les conséquences indésirables de certaines mesures, afin de prévenir ces effets en amont. Pour ce faire, il est important de promouvoir des politiques visant à améliorer une alimentation saine et nutritive avec moins d'impact sur l'environnement.

Pour rendre compte des recherches, découvertes et inventions, contactez la rédaction !

Alberto Robiati et Gianluca Riccio guident les lecteurs à travers des scénarios du futur : les opportunités, les risques et les possibilités dont nous disposons pour créer un avenir possible.