Forêts sous verre sur Mars, l'idée "folle" du professeur d'anglais

L'idée d'un universitaire anglais n'a pas encore été démontrée, mais elle apportera de nouvelles études et recherches dans un domaine de plus en plus battu.

Gianluca Riccio

Les efforts humains pour devenir une espèce interplanétaire ne sont pas motivés par le simple divertissement, bien que loin des résultats observés dans des séries comme Star Trek. Au cours du siècle dernier, nous avons mis notre planète à rude épreuve : notre « civilisation » a décimé la faune et la flore, et toute idée « curative » est pour l'instant plus lente que la croissance d'une population qui, jusqu'à la fin du siècle, ne montrent des signes de ralentissement.

Beaucoup pensent que la seule façon de sauver notre espèce est de coloniser d’autres planètes et ainsi de soulager une partie de la pression sur les ressources de la Terre. Plus facile à dire qu'à faire, car notre survie est précisément dictée par des ressources qui, sur d'autres planètes, sont, au mieux, plus complexes à obtenir.

idée martienne

Heureusement, l'ingénieur de l'Université de Bristol Paul Smith il a eu une idée. Le plus : un vrai plan. Quel est? Construire des forêts "terrestres" à l'intérieur de bulles spéciales sur la surface martienne.

Forêts "sous verre"

"Si la croissance de la population humaine n'est pas contrôlée, les zones naturelles doivent être sacrifiées", écrit Smith dans un article récemment publié. dans le Journal international d'astrobiologie  (je mets le lien ici). "L'alternative est de créer davantage d'habitats, en terraformant Mars."

Pas une idée nouvelle, et déjà battue par plusieurs initiés, même par l'ancien directeur de la NASA.

Mars est évidemment une planète très différente de la Terre. Plus froid, plus sec et avec une atmosphère très différente. Cependant, les chercheurs pensent qu’elle possède d’importantes réserves de glace sous la surface. En supposant (à vérifier toutefois) que les humains puissent accéder à ces réservoirs et les utiliser, les défis susmentionnés pourraient être atténués par la création d’un conteneur à atmosphère contrôlée. En bref : une « bulle ».

Maman, il y en a un autre qui veut terraformer Mars.

Il est important de noter que Smith ne suggère pas que les humains devraient terraformer toute la surface martienne. Les « bulles » (que l’universitaire imagine comme semblables à des « oasis ») serviraient à offrir des avantages émotionnels et pratiques aux futurs habitants des colonies et des colonies.

"Appelez cela une réserve naturelle extraterrestre (ETNR)", écrit Smith, réitérant l'idée. "Ce serait un refuge psychologique, ainsi qu'un précieux jardin botanique pour les métabolites secondaires (vitamines, arômes, parfums, médicaments, colorants et améliorants d'humeur)."

Idée bizarre. C'est faisable ?

Le plus gros obstacle (comme si les autres étaient petits) est représenté par le rayonnement et le champ magnétique : il nous reste à comprendre quel impact ils auraient sur toute végétation en croissance, et les années à venir nous le diront.

Indépendamment de la faisabilité de l'idée de Smith, le message de son article est celui d'un pur espoir : que l'homme pourra explorer de nouveaux mondes tout en parvenant à préserver ce qu'il possède déjà.

« D'un point de vue biocentrique, les dirigeants mondiaux devraient se préoccuper de l'avenir de la vie dans l'Univers et du rôle de l'humanité dans sa protection et sa propagation », écrit Smith. « Sur une planète à l’habitabilité limitée, c’est un devoir important. La survie de la vie, sous quelque forme que ce soit, est la plus haute priorité biocentrique.

Je sais que vous ne vous sentez pas mieux quant à l'avenir de notre planète maintenant que vous connaissez cette idée sur la façon de la sauver. Bien sûr, il peut être fou de penser à construire des forêts sur Mars, mais au moins quelqu'un sort des sentiers battus.

Pour rendre compte des recherches, découvertes et inventions, contactez la rédaction !

Alberto Robiati et Gianluca Riccio guident les lecteurs à travers des scénarios du futur : les opportunités, les risques et les possibilités dont nous disposons pour créer un avenir possible.