Covid, article dans Nature : erreurs immunitaires chez 25% des vaccinés avec ARNm

Gianluca Riccio

Médecine

Étude de Cambridge : 25 à 30 % des ARNm vaccinés ont eu une réponse immunitaire inattendue mais inoffensive.

Lorsque la science agit rapidement pour faire face à une crise mondiale, telle que Covid-19, chaque pas en avant est crucial. Parfois, cependant, c’est dans les détails cachés que se cachent les surprises les plus importantes. Une étude de l'Université de Cambridge vient de paraître dans Nature (je mets le lien ici) a révélé un phénomène inattendu dans les vaccins à ARNm. Une proportion notable de personnes vaccinées ont montré une réponse immunitaire « inattendue ».

Les implications de cette découverte sont sérieuses. Ils ouvrent de nouveaux horizons dans la recherche sur les vaccins et soulèvent des questions cruciales sur l’interaction entre technologie et biologie. Qu'est-il exactement arrivé? Procédons sereinement.

La découverte de Cambridge

L'étude menée par la prestigieuse université anglaise a souligné que plus d'un quart des personnes vaccinées à l'ARNm (de 25 à 30 % du total) ont connu une « réponse immunitaire inattendue ». Ce phénomène est dû à une « mauvaise lecture » du vaccin par l’organisme, qui conduit parfois à la production de protéines non-sens, au lieu de la protéine « Spike » souhaitée du Covid-19.

Les vaccins à ARNm, comme ceux développés par Pfizer et Moderna, ont constitué une étape importante dans la lutte contre le Covid-19. Leur technologie innovante, dont la base il a valu à ses développeurs un prix Nobel, utilise un brin de matériel génétique pour demander à l’organisme de fabriquer une protéine spécifique, imitant ainsi une infection en toute sécurité. Un mécanisme qui a permis le développement rapide et précis de vaccins très efficaces.

Malgré sa grande efficacité, l’étude a révélé que la modification de l’uridine, l’un des composants de l’ARN, peut provoquer des problèmes occasionnels de lecture dans les cellules de nombreux vaccinés. Un phénomène connu sous le nom de « frameshifting ». Ces erreurs, même si elles n’ont pas généré d’effets indésirables, soulèvent des questions sur la possibilité de créer des protéines actives et potentiellement nocives dans d’autres futurs vaccins à ARNm.

Se faire vacciner

La réponse de la communauté scientifique

La communauté scientifique ne s’est cependant pas arrêtée devant cette découverte. Les auteurs de l’étude ont proposé une solution simple mais efficace : modifier le code de l’ARNm pour minimiser l’utilisation de pseudo-uridine problématique, en le remplaçant par une base naturelle qui empêche les « sauts » indésirables dans le processus de lecture.

Ces nouvelles informations, partagées avec le régulateur des médicaments MHRA, ouvrent la voie à des vaccins mis à jour utilisant une forme améliorée d’ARNm. Ces avancées promettent de rendre la technologie encore plus sûre pour de futures applications, non seulement dans le domaine des vaccins mais aussi dans d’autres traitements thérapeutiques.

Plus d’attention aux personnes vaccinées

La recherche de Cambridge a mis en évidence un aspect crucial de la science vaccinale : la nécessité d’un engagement continu en faveur de la sécurité et de l’innovation. Même face à des découvertes inattendues, la science est prête à évoluer et à s’adapter, garantissant que les technologies révolutionnaires telles que les vaccins à ARNm puissent continuer à sauver des vies de manière sûre et efficace.

Chaque étape, même la plus petite, est essentielle pour bâtir un avenir plus sûr et plus sain pour tous.

Pour rendre compte des recherches, découvertes et inventions, contactez la rédaction !

Futur proche et faits quotidiens

Alberto Robiati et Gianluca Riccio guident les lecteurs à travers des scénarios du futur : les opportunités, les risques et les possibilités dont nous disposons pour créer un avenir possible.

dernier